Christof »Fifty« Höfer #73 et Nate »N8!« Kern #12 décrochent sans équivoque les titres de champion et de vice-champion lors de la BMW BoxerCup 2019

Depuis dimanche, le 29 septembre 2019 et après la course finale à Hockenheim c'est officiel : Christof »Fifty« Höfer #73 et Nate »N8!« Kern #12 de l'équipe Wunderlich MOTORSPORT ont remporté pour nous le trophée de la nouvelle édition de la populaire et très disputée BMW BoxerCup sur la légendaire piste de course de moto en Europe. Chez nous est désormais : le nouveau siège central de Wunderlich au cœur du parc d’innovation de Rhénanie à Grafschaft-Ringen.

Gérant et manager de l'équipe Frank Hoffmann : « Nous nous réjouissons avec « Fifty », couronné champion 2019 de la BoxerCup et avec « N8! » qui a décroché le titre de vice-champion, et nous les félicitations pour leur excellente performance en équipe. À chaque course, les deux coureurs se sont livré des duels certes durs, passionnés et dynamiques, mais à tout instant loyaux et ont su capter le public. Pourtant, le titre de champion de « Fifty » était loin d'être dans sa poche, car il avait trouvé en »N8!« un adversaire de taille. « N8! », notre dur à cuire de nationalité américaine est un chevronné de la boxer et parfaitement familiarisé avec ses particularités. L'avantage de »Fifty« réside dans sa connaissance approfondie du circuit. Mais malgré la rivalité nécessaire entre sportifs, les deux ont formé une belle équipe. Ce qui me réjouit tout particulièrement : ces titres de champion et de vice-champion importants pour nous coïncident avec l'ouverture de notre nouveau siège social au cœur du parc d'innovation à Grafschaft-Ringen. Cela fait deux évènements à célébrer ! »

Pas de victoire, pas de succès sans l'équipe de l'écurie !

Une chose est sûre : remporter la victoire et enregistrer des succès ne sont possible que si une équipe prépare la moto de course minutieusement à l'abri de tous les regards, si elle assure les arrêts durant la course de manière expérimentée et si elle sait poser les gestes rapides en cas de défis techniques. Dans le cadre de la RLC (Coupe Reinoldus Endurance sur le Nürburgring), une équipe composée de collaborateurs de Wunderlich issus de différents départements s'est donné rendez-vous pour épauler notre équipe avec enthousiasme. Au centre de l'équipe de l'écurie se trouvent trois hommes réfléchis, expérimentés, chevronnés sur le plan technique et compétents : Christian Reifert, Sebastian Klettke et Peter Schwellenbach.

Regard intimiste sur l'équipe de la BoxerCup de Wunderlich MOTORSPORT

Une brève histoire qui parle de rectification de cylindres, d'un véritable esprit d'équipe et comment conduire une boxer correctement à vitesse élevée

Rédigé par Toni Börner

Elle est de retour depuis 2019 : la BMW BoxerCup. Pas comme lors de la première édition dans le cadre du Grand-Prix moto, mais sur la R nineT ultra-rapide de série dotée de modifications mineures. Avec sa gamme BOXER SPIRIT Wunderlich compte à l'échelle mondiale, parmi les fournisseurs ayant le plus grand assortiment destiné aux transformations de toutes les variantes dans la famille R nine T. La participation de Wunderlich Motorsport était particulièrement couronnée de succès lors du Pikes Peak et lors de la coupe d'endurance sur le Nürburgring. Il était donc évident de saisir cette occasion pour fusionner BOXER SPIRIT et MOTORSPORT : Nate »N8!« Kern des USA et l'ancien champion de la coupe Suzuki GSX-R1000 Christof »Fifty« Höfer se battent pour remporter des victoires et le titre de champion.

»Je ne voulais plus participer aux courses« déclarait Frank Hoffman, gérant de Wunderlich avec un large sourire sur son visage en début de l'année. Mais la course est un virus contre lequel aucun remède n'a été encore trouvé. « Dès que nous avons su que la coupe aura lieu, il y a eu des entretiens, en partie directement avec BMW, par le biais de Nate Kern. Je savais bien sûr qui c'était. Cela fait des années qu'il a opté pour la BMW - et n'oublions pas qu'il est originaire des USA, un marché d'envergure et stratégique pour nous.«

Kern lui-même est un chevronné de la boxer, et tout le monde de l'équipe le dit : Lorsque Kern est venu au monde, il voulait savoir plus sur le concept de la boxer. Une sorte d'allusions au fait que Kern a participé au début des années 2000 à la légendaire Boxer-Cup à Daytona.

« Haha », ricane Kern lorsqu'on aborde ce souvenir. « Conduire une moto de course de la maison BMW équipée d'un moteur boxer à ses limites me défie et me fascine. Je ne veux pas devenir trop philosophe, mais je crois qu'on ne devrait pas juger une moto de course en fonction du nombre de ses cylindres, comme on jugerait un livre en fonction de sa couverture. « Chez Kern, la fascination pour le concept de la moto est depuis près de 20 ans la même. « La boxer agace les gens - tout comme elle m'agace moi-même encore aujourd'hui. « Il souligne notamment la sensation spéciale qu'elle procure, une sensation qui n'a pas beaucoup changé après toutes ces années. C'est une sensation de vieille école, comme le dit l'américain, qui s'installe lorsqu'on conduit une boxer ; les R nineT top sont à la pointe de la technologie - mais la sensation et la technologie nécessaires pour pousser la boxer avec brio et rapidement à ses limites sont restées les mêmes. Une prouesse d'équilibre qui procure un véritable plaisir. »

Mais Kern ne devait pas avoir la tâche facile. Avec Christof Höfer, Wunderlich a envoyé un homme ultra-rapide comme coéquipier dans la course. Ancien champion de la coupe Suzuki GSX-R1000, Höfer voulait s'attaquer de manière motivée à la meilleure catégorie de la IDM Superbike en Allemagne en 2018 - mais une blessure compliquée aux épaules a obligé le Hessoir de déclarer forfait. « J'avais envie de ressaisir l'opportunité manquée cette année lors de la Superbike IDM«, souligne Höfer.

« J'avais envie d'y participer à tout prix - mais le budget était malheureusement limité. » Höfer était terrassé, mais c'est un personnage optimiste qui a dû essuyer plusieurs revers dans sa vie, mais qui a malgré tout su surmonter des moments difficiles. « Là où une porte se referme, deux ou trois nouvelles s'ouvrent parfois », dit-il. « Puis Frank Hoffmann, le gérant de Wunderlich lui a passé un appel : Fifty, as-tu envie de participer à la BoxerCup pour Wunderlich MOTORSPORT ? ». Et comment ! Höfer et Hoffmann se connaissent depuis des années et se sont déjà livré des duels lors de courses. Et en passant : Il ne devra pas renoncer aux courses sur des modèles 1000 à quatre-cylindres, car Wunderlich MOTORSPORT participe avec succès à la Coupe Reinoldus Endurance au Nürburgring sur la RR. Höfer participe aux courses depuis 2019.

Kern aussi a une certaine expérience avec la Superbike munichoise de Berlin-Spandau. Aux USA, le chouchou du public est l'ambassadeur de la marque BMW pour la S 1000 RR ce qui n'a jamais compromis sa passion pour le concept de la boxer. C'est ainsi que l'idée a pris forme au sein de l'équipe : Höfer connaît le circuit et Kern la Boxer. Lors des premières sessions d'entraînement en fin de semaine, les coéquipiers - qui sont aussi deux concurrents hors pair - visent un objectif commun. Du moins pour la plupart du temps.

Lors du coup d'envoi de la saison au Lausitzring, Nate Kern a reçu une leçon. Oui, ce « vieux loup », la légende sur la boxer. Mais pas nécessairement en ce qui concerne la performance sportive. « Je ne m'y attendais vraiment pas - il faut que je m'entraîne plus, ma condition physique ne suffit pas pour vaincre Fifty », a déclaré l'américain après les deux premières courses. « Je pense qu'il a pris ces affrontements bien trop à la légère. Je me réjouis bien sûr » réplique Fifty en souriant. Tous deux parlent de respect mutuel. « Mais j'ai en moi cette envie de gagner, et je veux en profiter dans chaque course » ajoute Höfer. « Nate a les mêmes ambitions. « Les circuits de Höfer et les secrets de conduite sur la boxer de Kern. C'est l'accord des deux coéquipiers. Nate dévoile quelques détails : « Tout se joue dans les virages. Dans des virages lents, tu ne dois pas trop rouler en hang-off, dans des virages rapides, c'est indispensable. Il faut éviter d'utiliser le corps à outre mesure, cela te fatiguera à la longue, car ces boxers de série dotée de modifications mineures sont particulièrement lourdes. Et très dynamiques. Si tu as parcouru toute une saison de courses sur une boxer, tu seras un meilleur coureur » avance Kern convaincu. Selon lui, se sont trois générations qui se rencontrent dans l'équipe Wunderlich. « Le style de conduite incarné par Frank et celui de la jeune génération de Fifty » souligne Kern. « Je me situe quelque part entre les deux. Faut trouver le juste milieu, entre technique éprouvé et innovante. »

Frank Hoffmann ne dément en aucune manière l'attitude provocatrice de Kern. « Une telle moto se conduit avec le corps, c'est un fait » ajoute le gérant de Wunderlich et le manager de l'équipe qui a lui-même agit en tant que pilote pour la mise au point et pour les essais pour l'actuelle édition de la BoxerCup. « Les jeunots ont bien des avantages avec leur style de Hanging-Off. Les vieux chevronnés adoptent mon style de vieille école et ils n'arrivent plus à maintenir la cadence. Il faut que tu pousses cette moto aux limites en la privant de son centre de gravité. Ce n'est plus mon style, cela va mieux aux jeunes coureurs. Vue de l'extérieur, c'est très impressionnant et spectaculaire de voir à quelles vitesses ils peuvent pousser leurs motos. »

« Il y a des coureurs qui ont remporté des titres de champion national de Superbike, voire des courses MotoGP sans jamais avoir conduit en Hang-Off ou sans dérapages forcés », continue Kern. « Mais sur une boxer, tu dois utiliser ton corps pour maintenir les têtes de cylindre dégagées, car il est difficile de conduire en Hang-Off sur cette moto. Si ta posture n'est correcte qu'à 80 pour cent, le cylindre touche le sol ce qui ne causerait que des chutes. Le cylindre qui touche le sol décide de la façon dont tu décolles. Lorsqu'il s'agit du cylindre à gauche placé plus à l'avant par rapport au cylindre droit en raison d'un décalage des deux cylindres, la roue avant dérape en premier. S'il s'agit du cylindre droit, c'est la roue arrière qui dérape. Je frôle le sol avec les cylindres uniquement en fin de course - lorsque la force décline et mon corps refuse de passer en Hang-Off. »

Hoffmann le sait : « Si un cylindre touche le sol, la moto ne dessine plus le rayon que tu voulais au départ ; c'était la même chose avec les « vieux » bolides de la BoxerCup. Dans ce cas, la moto dessine un rayon large et tu dois juste garder ton calme, revenir un peu de ta position inclinée est dessiner ensuite le rayon que tu veux. Cela sonne un peu débile, mais ça marche. Donc, les chutes sont plutôt rares et si cela devait arriver, la moto ne subit pas de dommages majeurs, car leurs équipements sont austères et incroyablement solides. Ceux qui souhaitent découvrir la course de moto y trouveront leur compte. »

Quand on discute avec Kern, on aperçoit le feu qui s'anime en lui lorsqu'on aborde ce sujet. Mais, un moment donné il s'arrête. « Je ne veux pas dévoiler trop de secrets », dit-il en louchant malicieusement en direction de son coéquipier Höfer. « Fifty est jeune, affamé et appartient tout simplement à une autre génération. Ces jeunes posent des questions sur tout et veulent tout savoir en détail. Tout ce que je sais sur la boxer, c'est Stephane Mertens qui me l'a appris - mais attention, pas en me racontant, mais en le copiant après l'avoir observé en action lors de l'ancienne édition de la BoxerCup. Depuis 2004, je roule exclusivement sur BMW. »

Höfer sait qu'il lui reste encore beaucoup à apprendre - bien qu'il domine la BoxerCup 2019 et malgré le fait qu'il ait remporté la plupart des courses. » Je ne sais même pas où je dois commencer et où arrêter«, ajoute-t-il en se référant aux différences entre les motos de 1000 ccm, sur lesquelles il conduisait jusqu'à présent, et la R nine T. Les cylindres viennent en premier. » Ils sont particulièrement protubérants« rit-il. « Vient ensuite le couple de cabrage lorsqu'on accélère. Cela te permet de dessiner un rayon différent dans des virages à droite contrairement aux virages à gauche. « Globalement, il s'agit d'une moto pour hommes - ou une moto pour experts, car l'embrayage anti-sauts est absent. « Cette moto procure beaucoup de plaisir, mais elle est particulièrement exigeante. Elle n'a rien en commun avec une superbike, à l'exception que la poignée des gaz se situe plus à droite. Nate, la star américaine sur la boxer, est l'homme idéal dont j'ai encore beaucoup à apprendre. »

La finale de la saison au circuit de Hockenheim en replay

Phone: +33 800 902350
La nouvelle APP Wunderlich
La nouvelle APP Wunderlich
Fermer