À propos de cônes et de bâtonnets - La perception de la lumière.

Combien de lumens affichent MICROFLOOTER et ATON ?

On nous demande souvent la valeur en lumens de nos phares auxiliaires MICROFLOOTER et ATON. C’est en fait une excellente question, mais la réponse est trompeuse, car la pure valeur en lumens « n’éclaire » qu’un seul aspect.

Outre la pure valeur du flux lumineux émis par la source lumineuse, indiquée en lumens, il existe un autre aspect tout aussi important, dont nous devons tenir compte : la sensibilité de l'œil humain à la perception de la lumière, qui est examinée et étudiée dans le cadre de la physiologie de la perception.

La perception de la lumière

Ce que l’on appelle la photoréception de la lumière, c’est-à-dire la capacité à percevoir la lumière par l'œil humain, est limitée à un spectre lumineux de 380 nm (lumière violette) à 640 nm (lumière rouge). En dessous de 380 nm la plage de la lumière ultraviolette (UV) et au delà de 640 nm celle des infrarouges (IR) se rejoignent. Ces plages UV et IR ne sont pour nous ni perceptibles ni visibles. Nous sommes au sens propre du terme aveugles face à ces longueurs d’ondes, parce que les récepteurs nécessaires à leur perception nous font défaut. Le spectre va ainsi de la lumière bleue, perçue comme froide, à rouge perçue comme lumière chaude.

Nous distinguons également la vision de jour, de nuit et crépusculaire dont sont chargés différents récepteurs : ce que l’on appelle les « cônes » de la rétine sont en charge de la vision de jour et les bâtonnets plus sensibles à la lumière de la vision de nuit. Au crépuscule, tous deux, cônes et bâtonnets, sont en charge de la perception de la lumière.

Les bâtonnets en charge de la vision de nuit sont non seulement plus sensibles à la lumière, mais ils possèdent également une plus grande sensibilité à la part bleue, froide, c’est-à-dire à ondes courtes de la lumière. C’est la raison pour laquelle nous percevons par exemple souvent la lumière de la lune comme étant bleuâtre.

La conclusion de ce constat est qu’il est judicieux lors de la conception d’un phare auxiliaire, d’émettre une lumière plutôt à ondes courtes, bleue, froide, afin d’aider sensiblement la perception par l'œil humain.

Conclusion

La boucle est ainsi bouclée : bien entendu, il convient de toujours privilégier une valeur en lumens élevée. Il vaut cependant indéniablement la peine de tenir compte des constats physiologiques de perception de la vision et d’orienter le spectre lumineux émis en ce sens. Dans le cas de MICROFLOOTER et d’ATON, nous émettons de ce fait uniquement une lumière à ondes courtes bleue, qui facilite une vision riche en contrastes la nuit.

La valeur du flux lumineux de nos phares auxiliaires MICROFLOOTER et ATON se situe d’ailleurs dans une plage d’env. 1 000 lm (lumens).

» Cliquez ici pour aller directement à Microflooter

» Cliquez ici pour aller directement à Atons

Phone: +33 800 902350
La nouvelle APP Wunderlich
La nouvelle APP Wunderlich
Fermer